Nouvel article

Retour aux nouvelles

Belgique : malgré la crise sanitaire, la Flandre occidentale renoue avec l’emploi

Emplois

Si la Belgique a subi la crise économique comme tout le monde, la Flandre occidentale s’en sort mieux que les autres. Après avoir passé péniblement les 5 % en 2020, le taux de chômage est en chute libre en 2021.

Travailleurs transfrontaliers a la biscuiterie Popelier de Wervik (Belgique region flamande) dont une moitie du personnel est francais Photo archives Hubert Van Maele - VDN

Fermez les yeux et imaginez un monde dans lequel le taux de chômage serait en dessous des 5 %. Une utopie lorsque le chômage flirte avec les 11 % dans les Hauts-de-France, mais une réalité de l’autre côté de la frontière. Au mois de mars, le chômage est passé sous la barre de 5 % pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire en Flandre occidentale.

La région n’a pourtant pas été épargnée. Comme tout le monde, la Belgique s’est arrêtée au printemps 2020 : « La semaine du 17 mars, nous avons perdu 50 % d’intérimaires. Toutes les usines étaient à l’arrêt », rembobine Jan Pattyn, district manager chez Konvert, une agence d’intérim belge. Ainsi, un premier pic est atteint au mois d’avril : 5,4 % de chômage en Flandre occidentale. Suivent les vacances estivales, deuxième coup dur. Le chômage grimpe jusqu’à 5,6 % en août. Le bilan est lourd dans certains secteurs. L’hôtellerie-restauration affiche 13,7 % de chômeurs en plus alors que dans le commerce, 350 500 personnes ont été mises au chômage.

Reprise de l’activité en 2021

Mais les Belges ont de la ressource. La Flandre occidentale a un atout : son agriculture. Véritable grenier de l’Europe, la région a su s’appuyer sur ses forces : « L’industrie agroalimentaire n’a pas connu la crise. Les gens se sont rués dans les supermarchés, donc nous avons eu beaucoup de demandes de leur part », se souvient Jan Pattyn. Il y a aussi eu les opportunistes. Face à un marché à l’arrêt, l’industrie de la chimie s’est mise au gel hydroalcoolique et celle du textile aux masques.

« L’industrie agroalimentaire n’a pas connu la crise »

Tiercé gagnant pour une reprise de l’économie. À partir du mois de septembre, le chômage n’a pas arrêté de chuter. Fin 2020, la Flandre occidentale limite la casse. Sur les douze mois précédents, le chômage pointe à 5,1 %, c’est seulement 0,4 point de plus que l’année précédente. Mais la descente continue début 2021, jusqu’à atteindre 4,8 % en mars. Et ça ne devrait pas s’arrêter là puisque le gouvernement belge a annoncé la réouverture des terrasses le 8 mai.

Pénurie de candidats

Certes, la Flandre occidentale a subi la crise, mais on reste loin de la catastrophe. La montée du chômage n’a pas endigué le premier problème du marché de l’emploi flamand : le manque de main-d’œuvre : « Même au début de la crise, nous avions des offres, mais peu de candidats, constate Jan Pattyn. Une usine de céréales a été obligée de cesser son activité de nuit parce qu’elle ne trouvait pas de personnel. »

Une situation notamment causée par l’absence de travailleurs français. Ils ont déserté les entreprises belges depuis le début de la crise. En cause ? Le manque d’informations : « Les candidats ont peur de traverser la frontière. Ils ne connaissent pas bien les règles parce qu’elles ont changé sept ou huit fois en un an », analyse Nassim Daci. Réseaux sociaux, mails, téléphone… L’agence d’intérim se démène donc pour informer que les frontières sont ouvertes pour les travailleurs transfrontaliers. Avec la reprise de l’activité, la Belgique a besoin de bras, et les Français sont les bienvenus  : « On a besoin de monde dans tous les domaines. En Belgique, les travailleurs français sont particulièrement reconnus pour la qualité de leur formation », appelle le responsable recrutement France de Konvert.

Vous pouvez contacter l’agence Konvert de Bailleul par téléphone au 03 74 95 20 31 ou par mail à bailleul@konvertinterim.fr!

Source: Communal, T. C. (2021, 26 april). Belgique : malgré la crise sanitaire, la Flandre occidentale renoue avec l’emploi. La Voix du Nord. https://www.lavoixdunord.fr/991189/article/2021-04-26/belgique-malgre-la-crise-sanitaire-la-flandre-occidentale-renoue-avec-l-emploi

Pas assez de connaissances sur votre CV ? Ce n'est peut-être pas un problème.

Vous êtes enthousiaste à la lecture d'une offre d'emploi, mais vous craignez que ce job soit mission impossible en raison du manque de connaissances sur votre CV ? Deux bonnes nouvelles. Les diplômes sont de moins en moins pris en compte lors des entretiens d'embauche. Et deux : ces conseils vous permettront peut-être de mettre un pied dans la porte, même sans connaissances.

En lire plus

Voici comment faire une première bonne impression à votre recruteur

L'entretien avec votre recruteur constitue la première grande étape vers un emploi. C'est à ce moment-là que vous semez les graines d'un job génial ou d'une carrière florissante. La première impression est importante. Il permet au recruteur de savoir à qui il a affaire et d'évaluer avec précision le type d'emploi qui vous conviendra parfaitement.

En lire plus

Les quatre avantages d'un bon contact avec votre recruteur

Votre recruteur est votre assistant, votre coach. Il/elle connaît le marché, vous montre la voie à suivre et vous donne un petit coup de pouce pour obtenir le job. Votre recruteur fait la passe décisive et c'est vous qui marquez le but !

En lire plus

Les meilleures réponses aux questions embarrassantes posées durant les entretiens d'embauche

Lors d'un entretien d'embauche, vous voulez être perçu(e) comme une personne aimable, intelligente, enthousiaste et qui a de la répartie. De préférence pas trop nerveuse non plus, ce qui n'est pas simple lorsqu'on se trouve en terrain inconnu et qu'on est bombardé de questions. Inspirez profondément et réfléchissez à l'avance aux éventuelles réponses. Car chaque entretien d'embauche est différent, sans toutefois l'être réellement.

En lire plus